charlesbarberot2

Le Commandant Charles Barberot (1876-1915), sous l'impulsion de son petit neveu Philippe van Mastrigt, a fait son entrée dans l'église mémorial de l'Emm.

Son nom a en effet été gravé le 2 mai 2016 sur l'une des plaques de marbre de la nef, au côté notamment du Général Marcel Serret (1867-1916).
La cérémonie de commémoration eut lieu le 8 juillet 2017. La plaque se trouve au fond à droite en entrant dans l'église.

 

2 mai 2016 : inscription du nom. 8 juillet 2017 : Philippe van Mastrigt devant l'inscription. 8 juillet 2017 : devant l’église, Philippe van Mastrigt entouré avec sa fille, de gauche à droite, de Jean-Paul Wernain, directeur de la chorale, du chanoine Jean-Louis Hug, de Roland Morganti, président du conseil de fabrique et du docteur Martin Fuchs, président de l’association des « Amis de l’Emm ».

 

Charles Barberot, militaire, théoricien et combattant victorieux des Vosges

Charles Barberot en décembre 1914.Charles Barberot, naît à Paris le 23 février 1876, d'une famille originaire de l'Est. Il entre à Saint-Cyr en 1894 puis rejoint l'infanterie de marine. Après un passage en Crète, c’est à Madagascar comme sapeur-explorateur, de 1900 à 1902, qu’il apprend le métier de la guerre et surtout la fortification de campagne. Malade, il revient en métropole et intègre le 133ème Régiment d’Infanterie de Belley (Ain) en 1905.

Théoricien du commandement – auteur d'un ouvrage en deux tomes sur le sujet à la veille de la guerre –, il participe comme capitaine aux deux premières offensives d'Alsace en août 1914. Il accède au grade de chef de bataillon lors des combats au col des Journaux début septembre 1914, prend le commandement du 1er bataillon et assure la reprise finale du col.

A la cristallisation du front, il se trouve au pied de la Cote 627 de La Fontenelle, qu’il conquiert brillamment. Le sommet, qui deviendra emblématique, reste français. Dès lors, il met en œuvre toutes les ressources de son génie de la fortification de campagne pour organiser La Fontenelle, le Spitzemberg et l’Ormont et gagne le surnom de "fortificateur de La Fontenelle".

En févier, il prend le commandant du secteur pour contrer l'offensive allemande, après l'attaque française désastreuse du 27 janvier 1915. Il parvient avec son bataillon à contenir les troupes impériales et à préserver les positions.

Appelé en Alsace début juin pour l'offensive de la vallée de la Fecht, il dirige brillamment la prise de la cote 830 le 15 juin 1915, qui ouvre la voie à l'offensive victorieuse sur Metzeral. Nommé à la tête du 5e Bataillon de Chasseurs à Pied, il rejoint son unité sur l'Hilsenfirst et parvient à conserver la crête.

Mis au repos pour être reconstitué, son bataillon est engagé dans l'offensive du Linge le 25 juillet. Après deux assauts difficiles qui permettent de prendre pied à quelques mètres du Schratzmanelle, le commandant Barberot trouve la mort le 4 août 1915 lors du bombardement allemand qui marque le tournant de cette bataille.

Il est inhumé à Plainfaing, où il repose encore aujourd'hui.

En savoir plus :
> http://barberot.vanmastrigt.eu
> https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Barberot